Retour en haut

Fonds Baudoin • 1910-1938 Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

Présentation du contenu

Remarquable ensemble de près de 500 plaques de verre stéréoscopiques, réalisées par un (ou deux) photographe(s) amateur(s) : photographies familiales, ces vues constituent aujourd'hui un témoignage original et foisonnant sur la Côte d'Azur et son arrière-pays, depuis la fin de la Belle Epoque jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale (1910-1938). Ce sont des scènes de rues et paysages, festivités carnavalesques et joutes nautiques, défilés militaires, cérémonies officielles, mais aussi instantanés de la vie quotidienne d'une famille niçoise, auxquels le procédé de vue en relief communique une présence quasi vivante.

On appelle vue stéréoscopique une plaque de verre qui offre, à l'aide d'une visionneuse, une vue en relief obtenue par jeu d'optique : chaque œil perçoit en effet l'une des deux photographies et c'est la superposition cérébrale de ces deux vues qui produit la sensation du relief. La stéréoscopie existait déjà au XIXe siècle mais la technique et la clientèle changent au tournant du XXe siècle. Il est désormais possible d'acheter les plaques photographiques en boîtes cartonnées d'une douzaine, toutes prêtes à l'emploi, satisfaisant les exigences d'une clientèle nouvelle de voyageurs aisés, désireux de conserver des souvenirs vivants de leurs pérégrinations. Au lieu de s'encombrer de grandes chambres photographiques, les photographes amateurs se tournent vers la stéréoscopie, de petit format. Il existe toute une gamme d'appareils stéréoscopiques plus ou moins coûteux dont l'usage se confirme jusqu'à la veille de la deuxième guerre mondiale.

Description physique

Plaques de verre stéréoscopiques.

Nombre d'éléments

483 plaques

Noir et blanc ou couleur

Noir et blanc sauf deux plaques en couleurs. Certaines plaques ont viré sepia.

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Service d'Archives Nice Côte d'Azur

Langue des unités documentaires

Français.

Origine

Baudoin, Edouard Joseph César (1870-1947). Baudoin, Maurice Joseph (1910-1988)

Biographie ou histoire

Les photographies de ce fonds correspondent à deux périodes : celle du père, Edouard, puis celle du fils, Maurice :

Edouard Joseph César Baudoin (1870-1947), originaire de La Trinité-Victor (Alpes-Maritimes), était comptable à Nice avant de se lancer dans le commerce de farines, grains et caroubes. Son entreprise avait son siège, dans l'entre-deux-guerres, au 11 boulevard de l'impératrice de Russie, derrière le Port de Nice (actuel boulevard Stalingrad). La famille demeurait pour sa part rue Defly. De son union avec la Drômoise Marie Louise Gabrielle Ravet (1881-1978) étaient nés quatre enfants : un petit Pierre Joseph, mort en bas âge (1904-1909), Juliette Jeanne (1906-2005), Maurice Joseph (1910-1988), son successeur, et Josette Gabrielle, après guerre. Gabrielle Ravet avait été élevée à Nice au 7 rue de la Terrasse par son oncle et sa tante, Joseph et Maria Tordo, exploitants du café de l'Opéra avant de se retirer dans une maison, la « villa Maria », à Bellet - laissant leur appartement au jeune couple. Edouard était quand à lui très proche de sa soeur Joséphine et de son beau-frère Louis Martin, comptable comme lui, et avec qui il avait habité au 4 rue Papon avant son mariage.

Après des études de droit, Maurice travaille avec son père. Sur son temps libre, il est adhérent du Club alpin français et fait de nombreuses ascensions, dont l'une qui aura une issue tragique lorsqu'il perd deux camarades de cordée, ensevelis sous une chute de pierres lors d'une randonnée au Grand Capelet.

C'est au premier que l'on doit les nombreuses photos de familles à Nice ou dans l'arrière-pays et les vues de Carnaval, dans les années 1910-1914, ainsi qu'une série consacrée à la visite de l'exposition coloniale de Marseille (1922). L'acquisition de l'appareil photographique semble correspondre à la naissance de Maurice et a peut-être eu comme objectif de fixer les instants du bonheur familial, compensant ainsi la mort précoce du petit Pierre.

C'est peut-être à Maurice qu'il faut ensuite attribuer les paysages de montagne, à la veille de la guerre mondiale.

Historique de la conservation

Ces plaques de verre ont été données aux Archives de Nice par la veuve du photographe en 1994.

Informations sur les modalités d'entrée

Don, 1994

Statut juridique

Archives privées

Communicabilité

Consultation sous forme de reproductions numériques.

Conditions d'utilisation

Libre.

Commentaire

3 cotes vacantes.

Rédacteur de la description

Marion Duvigneau, conservateur en chef du patrimoine

Informations sur la description

L'instrument de recherche dactylographié établi entre 1994 et 2004, sous la direction de Mireille Massot, a servi de base à une reprise des descriptions, à l'élaboration d'un plan de classement et à une indexation sous le progiciel Arkheia par Marion Duvigneau, en janvier 2016.

Date de création de la description

vendredi 22 janvier 2016

Date de dernière modification de la description

lundi 7 novembre 2016

Descripteurs

Cotes extrêmes

13 Fi 1-487